Tintin et l'Alph Art

Tintin et l'Alph-Art (1983) est le 24ème et dernier album de bande dessinée de la série Les Aventures de Tintin et Milou. Il est inachevé...

  • L'histoire :

Le capitaine Haddock, suivant les conseils de la Castafiore, achète une œuvre de Ramo Nash, créateur de l'Alph-Art  : un H en plexiglas. Peu après, le propriétaire d'une galerie d'art, M. Fourcart, est mystérieusement assassiné. Tintin mène l'enquête...
Tintin découvre bientôt un trafic de faux tableaux étroitement lié à une étrange secte à laquelle la Castafiore a adhéré. En tentant d'en percer le secret, Tintin est pris et la dernière case de l'album nous le montre, menacé par un pistolet, conduit vers un lieu où l'un de ses ennemis veut le couler en statue abstraite...

 

  • Le saviez-vous ?

Cette ultime aventure n'ayant jamais été terminée, et Hergé ayant demandé que son œuvre ne soit pas poursuivie par un autre, on ne peut pas la considérer comme un album à part entière. De plus, si l'on se réfère à la préparation des Picaros, elle aurait sûrement subi de nombreux changements. Quoi qu'il en soit, l'intérêt du double cahier publié en 1986 n'est pas tant l'histoire elle-même que le témoignage du processus de création d'Hergé, qui semble s'effectuer sous nos yeux. C'est pourquoi l'Alph-Art « (n') est (pas) une aventure de Tintin »...

Une nouvelle mouture commerciale de cette ébauche d'album est parue chez Casterman le 10 janvier 2004 à l'occasion des 75 ans du reporter. Elle apporte de nouveaux éclairages au double cahier de 1986 et ouvre de nouvelles pistes vers ce qui aurait pu être la vingt-quatrième aventure de Tintin. Elle a aussi la même forme que les autres albums (album cartonné, 62 pages). Des rumeurs disent qu'il y aura une troisième édition avec plus d'archives.

 

Dès le décès d'Hergé en 1983, l'Alph-Art devient sujet de débats : faut-il achever l'album, le publier à l'état de projet, ou simplement ne pas le dévoiler ?

Hergé était entouré de nombreux collaborateurs très talentueux : parmi eux, Bob De Moor est capable d'imiter de manière quasi parfaite les dessins du maître. Le scénario, quant à lui, doit être achevé, car l'histoire n'a pas de fin, et même la partie déjà écrite doit être améliorée et remise en ordre. De Moor pense pour ça faire appel à Greg qui a déjà prouvé qu'il savait parfaitement s'adapter à l'univers tintinesque, notamment dans ses projets inachevés avec Hergé Les Pilules et Tintin et le Thermozéro.

Dans un premier temps, Fanny Remi, veuve de Hergé, confie les notes sur l'Alph-Art à De Moor. Cependant Benoît Peeters, qui n'est pas convaincu du travail de De Moor sur Tintin et les Picaros, convainc Fanny qu'elle a fait le mauvais choix : celle-ci recontacte donc De Moor pour lui retirer la permission de travailler sur l'Alph-Art.

En attendant, les tintinophiles ont déjà eu vent de l'album inachevé et l'attendent avec impatience : il faut sortir quelque chose. Peeters reprend les notes d'Hergé et entreprend de les mettre en ordre. Il sélectionne parmi la cent-cinquantaine de pages brouillonnes d'Hergé celles qui permettent de faire un récit cohérent. Il décide de mettre de côté la page qui dévoile la véritable identité d'Endaddine Akass, le « méchant » de l'album — en réalité Rastapopoulos —, afin de créer artificiellement le mythe selon lequel Hergé aurait emporté le secret dans sa tombe.

En 1986 sort donc un album assez étrange et coûteux, comportant deux cahiers parallèles : l'un réunit les notes brouillonnes d'Hergé, ou du moins celles qui ont été retenues par Peeters, l'autre présente une retranscription du scénario. Beaucoup de tintinophiles sont assez déçus du résultat, d'une part à cause du prix nettement plus élevé que les autres albums, et d'autre part par la qualité du contenu : en effet le scénario est assez inconsistant et la fin frustrante. Néanmoins il reste le charme de découvrir la dernière aventure de Tintin directement via les notes d'Hergé.

Suite à cette frustration, plusieurs personnes décident d'achever elles-mêmes l'album. Certains uniquement pour se faire de l'argent sur le dos des tintinophiles déçus, d'autres uniquement par passion. C'est le cas d'Yves Rodier, dont l'Alph-Art est très apprécié des tintinophiles. Bob De Moor lui-même fut impressionné par le travail de ce dessinateur débutant.

votez pour ce site au Weborama!

Tintin Collection

Copyright 2009 © Univers-Tintin. Tous droits réservés.
L’œuvre d’Hergé est protégée par le droit d’auteur.
Site non-officiel. Moulinsart SA n'est en aucune façon responsable de ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site