Les 7 boules de cristal

Les Sept Boules de cristal (1948) est le treizième album de bande dessinée des aventures de Tintin dont la suite est Le Temple du Soleil.

  • L'histoire

De retour d'Amérique du Sud, les sept membres d'une expédition consacrée aux Incas sont victimes, les uns après les autres, d'une malédiction et plongés dans une profonde léthargie de laquelle il semble impossible de les sortir. Chaque fois, on retrouve près d'eux les éclats d'une petite boule de cristal. Tintin cherche à élucider l'affaire et à protéger les membres de l'expédition restants...
Malgré les efforts de Tintin, six des membres de l'expédition finissent dans un état de léthargie. Par la suite, Tintin, le capitaine Haddock et le professeur Tournesol se rendent chez le professeur Bergamotte, le dernier membre encore indemne et ami d'enfance de Tournesol. La momie rapportée du Pérou se trouve dans sa maison.
Pendant une nuit d'orage, une boule de feu s'introduit dans la maison et fait disparaître la momie. Le professeur Bergamotte est victime à son tour de la malédiction et Tournesol est enlevé après s'être paré du bracelet de la momie. Tintin et Haddock se lancent à sa recherche et partent bientôt pour l'Amérique du Sud. L'histoire continue dans l'album Le Temple du Soleil.

  • Le saviez-vous ?

Bien que la parution des 7 boules de cristal ait commencé en 1943-44 dans le journal Le Soir, ce n'est qu'en 1946 que le récit fut terminé puis publié en album, en 1948. À la Libération, Hergé avait été accusé de « collaboration » et ses travaux furent interrompus durant quelque temps jusqu'à la création du journal Tintin en 1946. Hergé profita d'ailleurs de cette période pour mettre en couleurs les albums d'avant-guerre.

Edgar Pierre Jacobs (le créateur de Blake et Mortimer) apparaît dans l'album (page 16 case 4). Il s'agit surement d'un remerciement de la part d'Hergé, en effet Jacobs l'a aidé à réaliser cet album. On ressent même dans cet album le style de Jacobs qui a dessiné lui même, entre autres, la villa du professeur Bergamotte, dont l'apparence dans l'ambiance d'un crépuscule orageux et sombre préfigure à merveille les ambiances que Jacobs déploiera avec succès dix ans plus tard dans La Marque Jaune .
Après la parution de l'album, certaines personnes ont reproché à Hergé d'avoir représenté une étoile de David sur le fond de la scène du music-hall lors du numéro du prestidigitateur (page 16). Ayant été considéré comme antisémite pendant un moment, Hergé a expliqué que cette figure n'avait rien de raciste mais qu'elle donnait simplement le côté magique, illusoire du numéro.

L'histoire fut prépubliée dans le journal Le Soir à raison de 152 strips quotidiens entre 16 décembre 1943 et le 3 septembre 1944. La mauvaise santé d'Hergé l'obligeant à sauter quelques jours ici et là. L'interruption finale fut causée par l'entrée de l'armée alliée dans Bruxelles entrainant donc la suspension des activités du Soir. L'histoire s'arrête approximativement à la séquence où Tintin visite l'hôpital, immédiatement au lendemain de l'enlèvement du professeur Tournesol. En lisant le journal où les évènements de l'enlèvement y sont relatés, Tintin fonce dans le Général Alcazar, qui l'informe de la disparition de Chiquito. Alcazar reconnaît également la personne que Tintin lui décrit comme étant son complice. La séquence se termine avec Tintin entraînant Alcazar au commissariat de police. La séquence suivante ne fut jamais achevée. Le brouillon nous permet toutefois de constater que l'histoire se serait poursuivie comme dans la séquence où le capitaine reçoit le coup de téléphone de la police de Saint-Nazaire.

votez pour ce site au Weborama!

Tintin Collection

Copyright 2009 © Univers-Tintin. Tous droits réservés.
L’œuvre d’Hergé est protégée par le droit d’auteur.
Site non-officiel. Moulinsart SA n'est en aucune façon responsable de ce site.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×